<<  accueil  > maintenance > organisation > MàJ : 13/02/05

PARTITIONNEMENT D'UN DISQUE DUR

Cette partie, écrite en 2005, date sérieusement. D'une part, j'ai changé de point de vue quant au nombre de partitions, d'autre part depuis Windows 7, le partitionnement "à chaud" ne nécessite pas forcément de logiciel supplémentaire. Une mise à jour est donc prévue.

image1. C'est quoi ?

Partitionner un disque dur consiste à le "découper" en plusieurs zônes appelées partitions. Si elle peut s'avérer utile sur de petits disques, cette opération est quasiment indispensable sur les disques durs actuels.

Concrètement,

avant : après (disque dur séparé en 4 partitions) :
avant après
  Tout se passe pour l'utilisateur comme si l'ordinateur possédait maintenant 4 disques durs.
^

image2. A quoi ça sert ?

2.1 - intérêt majeur : protection des données.

Imaginons un gros plantage système nécessitant formatage et réinstallation de Windows. Si vous n'avez que C:, vos données sont donc enregistrées dessus. Le formatage détruira vos données. Si vos données sont stockées sur une autre partition (D:, par exemple), le formatage de C: n'affectera en rien vos données.

2.2 - intérêts secondaires.

La création de plusieurs partitions facilite l'organisation des fichiers, permet de réserver un espace de sauvegarde système, limite la fragmentation des fichiers système, rend la défragmentation plus rapide, peut faciliter la gestion de la mémoire virtuelle.

^

image3. Combien de partitions ?

Tout dépend de la taille de votre disque dur, du système d'exploitation utilisé, et de vos habitudes de travail. Voici quelques exemples :

3.1 - configuration de référence - à 4 partitions (C, D, E, F)

Ce premier cas correspond à la configuration à laquelle je me réfèrerai plus tard, dans les autres opérations de maintenance.

Capacité de disque dur requise : 20 Go minimum (tous les disques actuellement à la vente sont largement plus gros).

lettre de lecteur nom de volume espace réservé
C: SYSTEME 3 à 5 Go
D: PROGRAMMES 3 à 5 Go
E: DONNEES > 10 Go
F: SAUVEGARDES 3 à 10 Go

Ce n'est qu'un exemple, les noms de volumes n'étant là qu'à titre de repères utiles pour la suite, les espaces réservés n'étant que des suggestions, et les partitions D, E, F pouvant être interverties et/ou désignées par des lettres différentes. Nous verrons au paragraphe suivant comment réaliser toutes ces opérations.

Contenus possibles de ces différentes unités :

^

3.2 - configuration à 5 partitions et plus

Vous pouvez répartir vos données sur plusieurs unités.

Exemple :

^

3.3 - configuration à 3 partitions - C, D, E

lettre de lecteur nom de volume
C: SYSTEME
D: PROGRAMMES
E: DONNEES

Les sauvegardes s'effectuent alors sur E.

 

3.4 - configuration à 2 partitions - C, D

C'est le minimum qui devrait être fait. Exemple sur un petit disque de 1 Go, sous Windows 95B

lettre de lecteur nom de volume espace réservé
C: SYSTEME + PROGRAMMES 800 Mo
D: DONNEES 200 Mo
^

3.5 - cas particulier : deux disques durs

Réservez le disque ne contenant pas la partition SYSTEME aux sauvegardes et aux données les plus précieuses.

 

image4. Comment faire ?

4.1 - un peu de vocabulaire

Exemple : configuration à 4 partitions

partitions

Remarque : un disque dur peut disposer de plusieurs partitions principales, ce qui lui permet de faire fonctionner différents systèmes d'exploitation. Il peut contenir jusqu'à 4 partitions principales (dont une est active et 3 sont cachées), ou 3 partitions principales et une partition étendue.

En gros, le but du système de fichiers est d'organiser les données afin de pouvoir localiser physiquement les informations sur le disque dur. C'est un peu flou, mais cela nous suffira.

Il en existe plusieurs, liés au système d'exploitation utilisé. Pour ne citer que le cas de Windows :

système d'exploitation
système de fichiers compatibles
Windows 95A FAT(16)
Windows 95B et +, 98, ME FAT32, FAT
Windows NT, 2000, XP NTFS, FAT32, FAT

Conséquence : une partition formatée en NTFS (New Technology File System) ne sera pas visible sous Windows 98, par exemple.

Si vous le pouvez, optez pour le système NTFS. Sachez cependant qu'il existe certains cas particuliers (utilisation de Ghost < 2003 ou de BootMagic par exemple) qui nécessitent de conserver une partition en FAT32.
 

^

4.2 - Partitionnement "à froid"

Cette méthode, où le partitionnement se fait avant le lancement de Windows, est généralement recommandée. Elle est tout particulièrement adaptée au cas d'un disque dur vierge. Il est toutefois à noter que la méthode "à chaud", sous Windows, plus simple, ne pose pas réellement de problèmes.

Méthode : démarrer à partir d'une disquette amorçable contenant FDISK.EXE. Une fois sous DOS, tapez FDISK, et suivre les instructions.
Formatez ensuite les différentes partitions en exécutant FORMAT suivi de la lettre de lecteur (formatage dit "bas niveau").

Pour en savoir plus, lisez par exemple ceci :
http://optimisersonpc.free.fr/FAQmateriel.html

FDISK a un successeur, plus puissant, mais plus difficile à utiliser.

Pour en savoir plus, lisez par exemple ceci :
http://www.pcinpact.com/astuces/detail/53/3.htm

Si votre disque dur n'est pas vierge, et qu'il ne contient qu'une seule partition, cette opération supprimera toutes vos données, car la création de partitions sera alors précédée de la destruction de la partition existante. Vous avez alors intérêt à effectuer au préalable une sauvegarde de votre partition sur un support externe (disque dur USB, CD-R...), à l'aide d'un utilitaire adapté (Ghost, DriveImage, ou encore un utulitaire gratuit - ça existe).

Récapitulons :

^

4.3 - partitionnement "à chaud"

Il existe plusieurs utilitaires, dont le plus célèbre est sans doute "Partition Magic". Il existe également des alternatives gratuites, mais moins conviviales.
En voici deux, que je n'ai pas testés. A eux deux, ils remplissent parait-il les mêmes fonctions que Partition Magic :
free fdisk : http://telechargement.zebulon.fr/101.html
ainsi que the partition resizer http://telechargement.zebulon.fr/113-the-Partition-Resizer.html

Définissez avant toute chose le nombre et les dimensions de chacunes des partitions que vous souhaitez.

Défragmentez votre disque dur. Ca ne peut pas faire de mal.

Lancez le logiciel. Votre disque dur apparaîtra sous forme d'un rectangle coloré (un code couleur vous permet de visualiser le système de fichiers utilisé).

1e phase : simulation. Vous pouvez à tout instant cliquer sur [Annuler]. Les "vraies" opérations ne seront lancées qu'après avoir cliqué sur [Appliquer].

Faites un clic droit sur ce rectangle > Redimensionner/Déplacer...
(ou encore sélectionnez ce rectangle avec un clic gauche, puis cliquez sur "Redimensionner/Déplacer la partition" dans la barre d'outils située à gauche de l'écran. Personnellement, je trouve ça moins pratique, mais c'est vous qui voyez...).

Choisissez la nouvelle taille que vous voulez conserver pour C:, puis cliquez sur [OK].
Remarque : si cette taille est inférieure au minimum autorisé, c'est que votre disque est déjà bien occupé. Il vous faudra alors procéder par étapes : réduire C: au minimum + une centaine de Mo, créer une deuxième partition (D:) dans une partition étendue, puis sous Windows déplacer des données de C: vers D:, et enfin recommencer le partitionnement.

Créez ensuite vos autres partitions dans l'espace libéré, en commençant par la partition étendue, en suivant les indications du logiciel (par clic droit ou par les menus de la barre d'outils).

Créez ensuite la partition étendue dans l'espace libéré en suivant les indications du logiciel (par clic droit dans la zône libre, ou par les menus de la barre d'outils). Sauf cas particulier, elle doit occuper tout l'espace libre.

Il vous reste alors à créer les différentes partitions logiques dans la partition étendue.

2e phase : application. Si vous êtes satisfait par le résultat de cette simulation, vous pouvez lancer le processus, en cliquant sur [Appliquer]. L'ordinateur redémarrera, et fera son boulot. Il n'a plus besoin de vous pendant au moins 10 minutes, selon votre machine.

Remarque : quand votre partitionnement est terminé, vous pouvez désinstaller Partition Magic, si vous le souhaitez.

Récapitulons :

 

image5. Conclusion

Toutes ces opérations peuvent vous sembler délicates, et je ne vous dirai pas le contraire. Sachez cependant qu'avec un utilitaire muni d'une interface graphique, on "voit" ce que l'on s'apprête à faire. Tout est alors franchement simple et rapide pour l'utilisateur.

Conclusion : allez-y sans arrière pensée, vous ne le regretterez pas.



^

<<
[ accueil ][ mentions légales ][ contact ]
Copyright © 2002-2014 www.plaf.org. Tous droits réservés.